Mot du Président (2013)

 

Cette année nous fêterons le 10ème anniversaire de l’AROPI, en effet fondée à la fin de 2003 par mon prédécesseur, Michel Moinas, que je remercie d’avoir eu l’audace de créer cette association dont l’existence est devenue une évidence pour notre profession. Cela se constate au vu  du nombre d’adhérents, environ 150, c’est-à-dire presque les 2/3 des professionnels francophones de la propriété intellectuelle actifs en Suisse et en France voisine. À noter également que le départ d’un certain nombre de membres « historiques »  a donc été plus que compensé par une accélération des adhésions – 14 au cours des 13 derniers mois – notamment de praticiens de l’industrie longtemps peu représentés au sein de l’AROPI.

 

Le rythme des séances de travail se maintient, voire s’intensifie, tandis que, au cours des trois dernières années, un dialogue fructueux avec l’IPI et l’OMPI s’est poursuivi ; en même temps, la coopération avec certaines associations-sœurs se développe, ouvrant des perspectives prometteuses, telle l’organisation et la tenue de séances de travail communes comme ce fut le cas fin janvier 2013 avec nos confrères du VESPA-ACBSE.

 

L’Aropiade 2013 qui vient de se tenir les 28 février et 1er mars 2013 a montré la vitalité et le dynamisme de notre association : une petite équipe d’Aropistes regroupant les différentes aptitudes nécessaires, travaillant dur et extrêmement motivée, a su bâtir un programme de grande qualité et assurer le déroulement de ce congrès dans des conditions que tous les participants ont hautement apprécié. Au passage, il faut noter que toutes les interventions ont été effectuées en français avec une moitié des intervenants non francophones mais s’exprimant remarquablement bien dans notre langue. Intellectuellement mortifère et stérilisant, le monolinguisme que l’on sait n’est pas une fatalité.

 

Cette Aropiade a également concrétisé l’ouverture de notre association au monde étudiant, orientation à laquelle nous accordons une importance croissante, comme en témoigne la possibilité désormais ouverte aux étudiants et avocats-stagiaires d’adhérer à l’AROPI à des conditions plus qu’intéressantes : ceci devrait représenter une étape marquante dans notre projet de contribuer à créer des passerelles et des synergies variées entre le monde académique et celui des praticiens de la propriété intellectuelle ; d’autres idées existent mais, comme toujours, leur concrétisation dépendra de l’engagement d’Aropistes pour les prendre en charge…

 

Bref, les projets se diversifient et se multiplient, notamment pour répondre aux attentes exprimées par nos différents interlocuteurs : à nous tous, Aropistes de rendre leur réalisation possible par l’engagement de davantage d’entre nous ; ce que Pierre Mendès-France écrivit au sujet de la démocratie s’applique mutatis mutandis à notre modeste échelle « La démocratie ne consiste pas à mettre épisodiquement son bulletin dans l’urne, à déléguer les pouvoirs à un ou plusieurs élus, puis à se désintéresser, s’abstenir, se taire, pendant cinq ou sept ans. Elle est action continuelle du citoyen, … » Adoncques, à chacun de nous de jouer le rôle correspondant à ses goûts et ses possibilités : aucun de ceux grâce auxquels l’AROPI fonctionne ne regrette de s’être engagé dans cette voie.

 

 

Aropiquement vôtre. 

François Griesmar

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.